top of page

Chapitre 10 - Interlude

Dernière mise à jour : 15 déc. 2022

Épuisés par nos cinq jours de trek en altitude à porter nos sacs lourds, par les courtes et mauvaises nuits et par le long retour en bus, nous passons une journée de récupération dans Cuzco à arpenter les rues, chiner dans les boutiques et au marché, visiter quelques musées. Le lendemain, une fois n'est pas coutume, nous décidons de nous laisser porter et de suivre un tour organisé de la vallée sacrée. Obligés à tenir un planning serré, nous visitons rapidement les sites incas de Chinchero, Moray, les salines de Maras, et deux nouvelles cités à Ollantaytambo et Pisac. Nous sommes loin du "slow-travel", de l'autonomie et de l'aventure. Nous nous joignons à cet immense convoi de touristes qui suivent tous le même itinéraire, aux mêmes horaires. Le tourisme consumériste à son comble. Des troupeaux de visiteurs suivent leur guide et son petit drapeau, écoutent distraitement les quelques explications, prennent tous la même photo Instagramable et remontent dans le bus. Nous l'acceptons sachant que ce n'est que pour une fois, et nous en satisfaisons. Nous nous reposons, nous laissons porter et prenons les choses comme elles viennent. Nous avons vu de belles choses.


*****


Nous marchons dans les rues de Cuzco, il est 19h un samedi, la ville bouillonne. La foule remonte les rues, rentre dans les bars et restaurants. Sur le trottoir, des vendeurs d'empenadas, de maïs bouilli. Assis sur les bancs ou debout au milieu des places, les Cuzquenos de tout âge se rencontrent, discutent, s'amusent. Ici on vit dehors le soir. Traversant les rues à fond en klaxonnant, les bus crachent une fumée noire de leurs pots d'échappement. Malgré l'air irrespirable à ce moment, je ressens une pointe de nostalgie en me rendant compte que demain, nous partons. Il n'est pas sûr que je revienne ici un jour. Je commençais à apprivoiser cette ville, à m'y repérer. Peut-être même à y avoir des habitudes, comme celle d'aller prendre un petit déjeuner au marché le matin. Demain nous irons une dernière fois au mercado San Pedro en descendant la Calle Ceniza. Nous nous intercalerons sur un comptoir inox pour y boire un caffè con lecche, accompagné d'un sandwich de palta.

14 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Opmerkingen


bottom of page