La fin de l'abondance, 8a max, 7a obl - Face nord-ouest du Margeriaz


Comme une tradition automnale, j'accompagnais jeudi JB Jourjon dans un de ces projets, content d'être disponible pour l'assurer et tenter de le suivre dans des grandes voies qui, sans lui, seraient bien trop dures pour moi.

L'an dernier, c'était à l'Aulp du Seuil dans "Un hommage amer" que nous avions passé une folle journée, éreintante physiquement et psychologiquement.

Cette fois, en manque de projets à sa hauteur et proche de la maison, motivé par les images de la récente ouverture de Gaël Bouquet des Chaux, il avait lui-même équipé en deux jours une ligne dont il me décrivait l'ascension possible uniquement grâce à quelques trous salvateurs éparpillés dans un grand mur compact et lisse.

Fidèle à lui-même, grimpeur acharné, je le découvrais alors ouvreur stakhanoviste. Il était monté seul avec ses 35kgs de perfo, spits, cordes et autres, "un jour où la famille était fatiguée de grimper et que je pouvais me permettre une escapade solitaire". Exalté à la perspective de créer une voie dans laquelle il pourrait se challenger, il avait passé des heures à scruter la muraille pour y trouver une ligne de faiblesse, sans impasses, à évaluer méthodiquement la faisabilité des mouvements.


Véritable machine de grimpe, il s'est lancé jeudi dans un enchaînement systèmatique des longueurs, en suivant une mécanique bien rodée : montée, repérage des mouvements, calages des mains et des pieds, redescente, enchaînement.

Habitué à ce protocole, j'ai été le spectateur-assureur toujours admiratif de cette rigoureuse performance, en me satisfaisant déjà de participer à ce moment en pouvant grimper dans ses pas.


Cotations proposées par l'ouvreur :

L1 - 8a

L2 - 7a

L3 - 7b (7b+ selon le second ?)

L4 - 6c

L5 - 7c+


Merci Jean-Baptiste pour cette journée intense dans les Bauges !



9 vues0 commentaire